Promenade 3.

8.5 Km.

Alligny - Jarnoy - La Cremaine - Pas de diable - La Place - Alligny.



Château d’Alligny.
Sous le régime de la féodalité, Alligny eut ses seigneurs. Barons d’abord, ils furent élevés ensuite a la dignité de Comtes en 1676 dans la personne de Pierre Quarré, surnommé le Brave d’ Alligny par Louis XIV, à cause de sa belle conduite devant Maestricht et Valenciennes. ils eurent trois residences : la tour d’Alligny, la tour d’Ocle et le château actuel. Son existence remonte au XVème siècle. Au XVIIème siècle, ii comporte deux corps de logis et six tours, rebâties après avoir été rasées sur l’ordre d’Henri IV. Les seigneurs d’Alligny exerçaient la haute, moyenne et basse justice, cas relativement rare. ils avaient aussi le droit de dresser potence. La physionomie actuelle du bâtiment ne reflète guere l’importance du passé.

La Champagne.
Le propriétaire du château d’Alligny ayant deux fils, l’aurait fait construire aim que chacun puisse avoir son "château" C’est en ce lieu que se tenaient les foires et ou étaient bâtiesjadis les Halles d’Alligny.

Lavoirs et fontaines.
L’eau étant abondante en Morvan, il ne manque pas de sources, fontaines, puits et bien sür lavoirs. Certaines fontaines avaient, selon la tradition populaire, des vertus particulières, les unes réputées pour guérir de fièvres, les autres pour améliorer Ia fertilité. Des pelerinages y étaient organisés (fontaine Saint Hilaire, chapelle des brebis dédide à Saint Franchy). Les lavoirs dtaient des lieux de convivialité pour les femmes essentiellement, puisque leur revenait la charge de faire Ia "bue" (lessive), travail long et pénible surtout en période hivernale. C’était là que les nouvelles s’ échangeaient.

Jarnoy.
Hameau autrefois réputé régionalement pour la culture de petits navets succulents.

La Cremaine.
Une enceinte formée par d’anciens fossés est, selon certains auteurs, I’emplacement du premier manoir des seigneurs du pays, au lieudit la Tour. Le long du chemin vous pourrez remarquer des haies a l’allure particulière, ce sont des "pléchies ", les tiges, les branches d’arbres étaient entrelacées afin de former une cloture efficace pour les troupeaux, à une époque ou barbelds et grillages n’ existaient pas.

Le pas du diable
Prés du ruisseau, un bloc de granit porte une enipreinte de pas, le diable y serait-il pour quelque chose? Ou faut-il plus prosaIquement songer au lent travail de l’Crosion sur le vieux massif?

Ancienne mine.
Découvert en 1640 par le seigneur d’ Alligny, Gaspard Quarré, ce gisement fut aussitOt exploité, puis abandonné, jugé peu rentable. D’autres travaux de recherches suivirent au XVIIIème et XIXème siècles. II faut attendre 1909-1910 pour qu’une exploitation industrielle commence. En 1913, près de quarante ouvriers y travaillent. Deux puits permettent d’atteindre le filon mineralisé trés riche en galene ( 75% de plomb), peu argentifère (200 grammes par tonne). Vers 1928-1929 c’est plus de cent ouvriers d’origines trés diverses (morvandiaux, polonais, yougoslaves, italiens, espagnols, marocains) qui extraient trois tonnes de plomb par jour. De hasardeuses operations financiêres obligèrent la direction a fermer les puits en 1930.

La tour d’OcIe.
Les seigneurs d’Alligny établirent leur forteresse au Moyen-Age cur une motte qui plongeait dans les eaux du grand étang qui couvrait la vallée, face à Champcommeau. Quelques vestiges y sont encore visibles.

Ligne du tacot la gare
Vous avez emprunté l’ancienne ligne du tacot et vous arrivez en vue de la gare d’Alligny (une plaque subsiste sur l’arrière du bâtiment). C’est en 1901 que fut inaugurée Ia ligne Corbigny-Ouroux, prolongée des le 2 décembre jusqu’à Alligny. En Juillet fut ouvert le tronçon Alligny-Saulicu. Cette ligne était concue pour desservir une region importante, jusque là privée de chemins de fer, et la relier à deux grandes lignes existantes, amenant ainsi un supplement de trafic aux gares de Corbigny et Saulieu. Le dernier passage du train, le tacot cut lieu le 15 mars 1939, la concurrence des nouveaux modes de transports routiers s’avérant trop importante.

Ancien presbytère.
Au XV1ème siècle les cures, à la merci de bandes guerrières, décidèrent de bâtir un presbytère non loin du château féodal. ils y demeurèrent jusqu’au debut du XXème siècle, au moment de la separation de l’Eglise et de l’Etat. La commune vendit le bâtiment en 1910.


GiteRental Homepage.  The gîte at Reglois.  The gîte at Palaizot.  The gîte at Valouze.  The Morvan Homepage.